Vallée du Dadès - Vallée aux fleurs

29/8/2006

Me revoilà dans mon périple dans le sud marocain. De retour à Ouarzazate après mon week-end à Zagora et sa région, je fut reçue dans un petit hôtel (guide bleu) que j’avais réservé. Sympa avec petite piscine (un peu mal placée à mon goût mais c'est toujours ça) et un bon restaurant, joli patio à carrés de terre et de plantes diverses pour un café ou le petit déjeuner.

Mon guide de Zagora a tenu à me suivre quand je lui ai révélé mes projets d’excursion dans les gorges de Daddès et de Toudra. L’avantage est qu’il connaît très bien la région et que j’ai pu négocier un bon prix pour la visite guidée (une journée ~15 euros mais c'est exceptionnel).

N’étant pas motorisée, on est partis de Zagora dans un grand taxi. Arrivés à Ouarzazate et après avoir trouvé l’hôtel, mon guide m’emmena dans une agence de location de voitures dans laquelle je choisi la moins chère (Uno). La caution est assez élevée (700 euros)mais est restituée au retour du véhicule (chèque ou carte visa).

Bref, l’après-midi, nous en avons profiter pour visiter un peu la ville et surtout la Kasbah Taourirt du fameux Pacha Glaoui. Plafonds peints, arcades partout, jolies petites fenêtres en ferronneries et boiseries, monument classé mondial par l’Unesco. Le guide vous explique la manière de vivre du pacha en son temps, les femmes, la préférée et les concubines, les esclaves, la vie dans cette Kasbah aux dizaines de pièces et de recoins est étonnante et pleine de ressources.

Le lendemain et après une bonne nuit de sommeil, mon guide me retrouve à 6h devant l’hôtel. Et nous voilà partis par monts et par vaux (le cas de le dire). Dès notre sortie de la ville, nous entamons la route vers les gorges, première étape, le village de Mgouna connue pour les fleurs de cette belle vallée. Cela tombais bien car début Mai c’est la fête dans ce petit village avec un grand souk et le folklore de la région. On y propose tout plein de produits à base de fleur rose (savon, eau de fleur, parfums et essence de fleur, huiles, fleur séchées pour pot pourrit et j’en passe).

Après quelques emplettes, nous voilà repartis pour la suite. Prochaine étape le village de Daddès en milieu de montagne et d’où on entame la montée dans les gorges du Daddès. La route est bonne mais très sinueuse (au dernier virage en pente très abrupt, je cale le moteur de ma petite bagnolette, heureusement le guide prendla relève avant l’arrivée d’autres voitures derrière nous). Et voilà, nous arrivons à la fin de la route goudronnée qui laisse place à une piste qui entre dans la montagne et qui abouti dans les gorges Todgha, mais là nous on s’arrête car la piste est dificile d’accès, seuls les 4x4 peuvent y aller et de préférence avec un guide car la route présente des bifurcations qui aboutissent dans des impasses, et on peut y passer un bon moment avant de trouver sa route.

Nous on se contente de prendre des photos de d’admirer du haut de cette montagne la vallée en dessous et le creux de la montagne tout de végétation recouvert.
On reprend le chemin inverse et une fois dans le village, on continue vers le suivant Tineghir. On y est assez rapidement et la montée dans les gorges de Toudgha est beaucoup plus facile. On se retrouve dans une petite vallée, un oued et on est obligé de laisser là notre voiture (petit parking à côté d’un restaurant sympa dans un décor magnifique en bas d’un très haute montagne). A pied, on suit le cours de l’eau (très peu d’eau d’ailleurs) et on se retrouve entre deux grandes montagnes au façades abruptes. Pendant que quelques touristes s’amusent à les escalader avec tout l’équipement qu’il faut, quelques chèvres s’abreuvent dans le peu d’eau de l’oued. au flan des montagnes, des sources d’eau claire et très fraîche coulent à flot. Au fond de la vallée, on trouve un grand hôtel restaurant haut perché sur une dune de pierre, vraiment je ne m’y attendais pas dutout.
La beauté du paysage est indescriptible.

Quand on a pris la route du retour et une fois dans le village, je ne pu m’empêcher de réfléchir à poursuivre vers le fameux désert de Merzouga ou de retourner à Ouarzazate et rentrer chez moi. Mes moyens étant limités, j’ai eu du mal à trancher. Un peu de repos au village heure du déjeuner et mon guide me demande : « Alors tu t’es décidée ? ». J’ai réondu : « Oui, on continue, je ne suis pas venue jsuque là pour me dégonfler » et nous voilà repartis, encore moi au volant, mon guide s’endors car il a un gros ma de tête. A mon avis il a fait la brngue toute la nuit et n’a pas dormi alors il en profite un max pendant que je prends la route étroite et vide de Erfoud, ma prochaine étape. Vous trouverai la suite dans : Merzouga.

En tout cas la balade de la journée m’a hyper impressionnée, les belles vallées et les petits villages ici et là éparpillés, j’aime beaucoup.

Category : Regions | Write a comment | Print

From the same author

Comments

| Contact author |